7121 Cinépride Nantes 2016 | Journal d'un hom(o)me refoulé

La bannière doit faire 1005 x 239 pixels

Journal d'un hom(o)me refoulé
Un blog Yagg
Dernier Billet
Culture | Non classé | 05.06.2016 - 09 h 38 | 0 COMMENTAIRES
Cinépride Nantes 2016

Comment ne pas passer à côté de cet événement culturel si intéressant et si ouvert d’esprit ? On ne peut pas ne pas y aller quand on habite dans le coin : on achète son billet sur Internet ou sur place, il reste en général quelques places, on donne son ticket à déchirer, on se dirige en salle 2, on monte quelques marches et nous voilà dans une belle salle, assez grande pour accueillir pleins de spectateurs curieux et heureux de découvrir un genre cinématographique de plus en plus populaire. On le voit maintenant dans des films comme Tangerine aux Etats-Unis qui gagnent des prix, l’Independant Film Award dans l’exemple de Tangerine ou encore les films de Xavier Dolan qui acquièrent d’années en années une notoriété mondiale, plusieurs fois primé à Cannes et dans d’autres festivals. On ne peut être qu’heureux d’un tel intérêt, témoin d’un changement des mentalités, les films LGBT ne sont plus vus comme l’expression d’une minorité montrée du doigt, c’est plus vrai pour les films gays que pour les films trans mais heureusement, il y a eu de l’évolution depuis une dizaine d’années.

Je vous invite à regarder la bande annonce du festival qui promet vraiment, cet article est certes un peu tardif mais au moins, ça peut vous chauffer pour aller y faire un tour l’année prochaine. Cette année, le festival a fait plus parlé de lui, contre son gré d’ailleurs, au sujet des pertes de subventions accordées par la région… Comment peut-on se désintéresser d’un festival vieux de plus de 10 ans du jour au lendemain, sur fond cruel d’homophobie et de transphobie ? Le pire, c’est que ce n’est pas un phénomène isolé et que des fonds sont souvent détournés pour d’autres événements plus « normaux et populaires ». DÉSESPÉRANT ! Enfin, le petit coup de gueule de passé, on revient à la sélection de films qui cette année, je dois dire, est particulièrement bien choisie : on passe de films plutôt grand public à des films authentiques, modestes et crus.

Je le dis maintenant, je n’ai pas pu malheureusement voir chaque film du festival mais j’en ai fait une petite sélection :

theo-et-hugo-dans-le-meme-bateau

Le premier Théo et Hugo dans le même bateau d’Olivier Ducastel et Jacques Martineau, il y avait la projection du film suivie d’une séance de questions-réponses avec les réalisateurs. Ce film est vraiment excellent que ce soit par l’authenticité du jeu des acteurs que par le scénario qui est loin d’être si naïf au premier abord. Une femme dans le public a dit très justement que ce film pourrait être un film de prévention au vu de la progression des personnages et de leur situation commune. Mais c’est pour moi, plus qu’un film de prévention, c’est aussi un film d’AMOUR en majuscules s’il vous plaît! Je ne veux pas vous spoiler ce beau film mais il est l’image des réalisateurs, c’est-à-dire engagé, modeste, revendicatif, éducatif, amoureux.

2c5776_de81c49db61445bd99992411bbb9dbac

Le deuxième qui m’a beaucoup plu est Real Boy de Shaleece Haas qui trace la transition d’un jeune trans Bennett Wallace avec ses peines et ses joies et l’évolution de l’acceptation de sa situation par sa mère. On voit progressivement le changement des mentalités de cette nouvelle qui peut être bouleversante pour la famille et qui plus tard, est acceptée. C’est un beau film qui, selon les concerné(e)s, reflètent une réalité et une véritable histoire individuelle. Ben est une histoire, il y en a pleins d’autres qui ne demandent qu’à être narrées.

Asian

Je termine sur la sélection des courts-métrages dont on voit une grande partie dans la bande-annonce. Les courts-métrages sont à l’image du festival : hétéroclites, sentimentaux et drôles. Celui qui m’a le plus plu est un petit film nommé D. Asian, l’histoire d’un enfant qui s’amourache d’un camarade asiatique, un film fort de sens et de déclarations, percutant et amusant de par le jeu des jeunes acteurs et les dialogues incisifs.

Je vous conseille grandement d’aller y faire un tour par curiosité, hétéros ou LGBT car c’est certes un festival de films LGBT mais ce n’est pas exclusivement réservé pour eux/elles. Bon(s) film(s) !

LES réactions (0)
Cinépride Nantes 2016

ajouteZ VOTRE réaction
Publicité